Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L’apithérapie consiste en l’utilisation à but thérapeutique de produits sécrétés par l’abeille (sécrétés, récoltés ou transformés). On parle donc ici de miel, de pollen, de gelée royale, de propolis … et de venin ! Zoom sur ce poison qui sauve.

#happy #thérapie

#happy #thérapie

Un peu d'Histoire :

Depuis la Grèce antique, le venin d’abeille fascine de par ses propriétés thérapeutiques : Hippocrate et Galien suggéraient déjà ses bienfaits contre les rhumatismes, et des textes chinois vieux de 2000 ans mentionnaient déjà cette approche !

Un peu de recheche et de biochimie !

Bien que le corps médical attende aujourd’hui plus de preuves scientifiques (ce qui ralentit parfois la pratique de cette approche thérapeutique), on comprend de mieux en mieux la complexité de la composition du venin d’abeille, qui comporte 700 à 800 molécules. Citons la phospholipase A1 impliquée dans le processus antirhumatismal, ainsi que la mélittine, anti-inflammatoire qui serait 100 fois plus puissant que la cortisone ! Cette molécule stimulerait la production de cortisol, une hormone stéroïdienne qui agit aussi comme anti-inflammatoire dans le corps humain. A l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, la recherche a mis en évidence une autre molécule, l’apamine, qui permettrait de freiner le développement de la maladie de Parkinson sur des souris ayant reçu des injections de venin d’abeille. D’autre part, de nombreuses molécules sont encore inconnues, 3% sont des huiles essentielles, ce qui est considérable, avec notamment beaucoup d’esters, des composés antispasmodiques, calmants, anxiolytiques, antidépresseurs et même antiallergiques.

En pratique :

De nos jours, cette approche thérapeutique est pratiquée dans un grand nombre de pays tels que les Etats-Unis, la Russie, notamment en Chine où de nombreux hôpitaux possèdent même une ruche thérapeutique. Parmi les pathologies également soulagées par l’apipuncture (piqûres d’abeille sur les points d’acupuncture), citons les migraines, les rhumatismes, l’arthrose, les douleurs dues aux sciatiques, l’addiction à l’alcool et à la drogue, et sujet plus controversé, la sclérose en plaque. Ces approches ne sont évidemment envisageables qu’après avoir vérifié l’absence d’allergie au venin. 2 à 5 % de la population y serait allergique, et dans de rares cas, cette allergie peut s’avérer fatale. Le venin est administré soit directement par des piqûres d’abeilles en déposant des abeilles vivantes sur la peau du sujet, soit à l’aide d’une seringue contenant une solution de venin dilué.

Pour en savoir plus : Association "L'Abeille me soigne", de Maryse Pioch et Jen-Baptiste Thouroude http://www.labeillemesoigne.com

 

Source : " De drôles de bêtes pour nous soigner ", Psychologies magazine, juin 2016 et www.passportsante.net

Tag(s) : #Santé

Partager cet article

Repost 0